Est-ce que le yoga soulage les problèmes hormonaux ?

Vinyasa, Hatha, Ashtanga, Iyengar, Nidra, Kundalini, Tantra, Restauratif, Yin Yoga, Bikram, etc. : vous devez certainement avoir des adeptes inconditionnels du yoga dans votre entourage, naviguant naturellement entre ces différentes écoles. Il est très délicat de s’y retrouver parmi les multiples pratiques de yoga. Ajoutez à la liste de toutes ces postures le yoga hormal, qui représente une pratique créée par la Brésilienne Dinah Rodrigues, dans le but d’aider les femmes souffrant de problèmes hormonaux, de l’adolescence à la ménopause.

Qu’est-ce que le yoga des hormones ?

Le yoga des hormones représente un type de yoga dynamique, réputé pour rééquilibrer et booster le système hormonal en quelques semaines ou en quelques mois en suivant une pratique assidue et régulière. Il s’agit, en effet, d’un yoga qui mêle mouvements, exercices respiratoires et postures, visualisations et exercices de relaxation et conscience corporelle. Ses techniques proviennent d’une adaptation de postures de Kundalini Yoga et de Hatha Yoga, associées à une technique de circulation de l’énergie.

Les enchaînements sont rigoureux et très précis et permettraient de réactiver la production d’hormones en stimulant les glandes hormonales (thyroïde, ovaires, surrénales et hypophyse).

Ces enchaînements, dont des exercices de relaxation et de visualisation, agiraient également sur le stress, qui serait préjudiciable à la production de progestérone et d’œstrogènes, deux hormones féminines indispensables dans le maintien d’un bon équilibre.

Dinah Rodrigues aurait 94 ans aujourd’hui et forme seule les professeurs partout dans le monde. Elle est finalement sa meilleure publicité. En effet, à son âge, elle est au top de sa forme et pratique sa séance de yoga des hormones tous les jours.

  Soulager son mal de dos grâce au yoga est possible !

Le yoga des hormones a été à la base développé dans le but de soigner les problèmes de la ménopause, mais avec le temps, la professeure Dinah Rodrigues s’est rendu compte que sa technique pouvait soigner bien d’autres problèmes hormonaux tels que :

  • la ménopause précoce ;
  • les cycles hormonaux irréguliers ;
  • l’infertilité ;
  • l’endométriose (uniquement de niveau 1 et 2) ;
  • et également les petits fibromes.

Sur quoi le yoga des hormones agit-il ?

Les hormones ont des répercussions sur le corps de la femme tout au long du mois. La progestérone et les œstrogènes représentent deux hormones produites par les ovaires qui aident à la régulation du cycle menstruel. De la puberté jusqu’à la ménopause, 500 cycles sont comptés en moyenne et sont entrecoupés par les grossesses.

Le yoga des hormones agirait sur de nombreux problèmes hormonaux, à savoir :

  • le syndrome prémenstruel : les règles trop abondantes, douloureuses et les cycles irréguliers ;
  • l’aménorrhée : l’arrêt des règles pour différentes raisons ;
  • les petits fibromes seulement, car les gros sont contre-indiqués à la pratique ;
  • le syndrome du canal carpien ;
  • les ovaires polykystqiues ;
  • le stress ;
  • les symptômes de la ménopause, la ménopause précoce et la pré-ménopause.

De plus, pour toutes les femmes qui présentent un taux d’hormones trop bas, à n’importe quel âge, entraînant différents troubles tels que : de la déprime, des sautes d’humeur, des crampes menstruelles ou des problèmes de peau, cette pratique représente une solution à ne pas rater.

Il est à noter que la pratique de ce type de yoga est très déconseillée pour les femmes enceintes, pour celles atteintes d’un cancer du sein en cours de traitement, pour celles souffrant d’endométriose avancée ainsi que les femmes ayant un gros fibrome utérin.

  Comment choisir un arc ?

Exemples de postures du yoga thérapeutique des hormones

Les postures du yoga hormonal sont très variées et nombreuses. Celles-ci permettent de travailler différentes parties du corps, en particulier les glandes endocrines.

Par exemple, il vous est possible d’essayer la posture l’enfant (ou Balsana, qui aide à calmer les glandes surrénales également) ou la posture de la chandelle qui vont stimuler le système nerveux et l’hypophyse. D’autres exercices tels que la pince (Paschimottasana) et le cobra (Bhujangasana) ont un effet stimulant sur les ovaires alors que le lapin (sasangasana) stimule la parathyroïde et la thyroïde.

La posture de la tête sur les genoux (janurshirasana) est, elle aussi, à essayer. Cette dernière sera d’une grande aide au maintien de la glycémie et stimule le pancréas, la thyroïde, les reins ainsi que le thymus.